Top 10 des films que personne ne soupçonnait être des remakes

Scarface

Les remakes : manque de créativité flagrant ou réappropriation d'une oeuvre ? Il faut reconnaître que les remakes et autres reboots sont légion au cinéma sans être forcément justifiés. Parfois, l'original est tellement supérieur à la copie que celle-ci tombe dans l'oubli, mais il arrive aussi que des films remportent un énorme succès et éclipsent totalement la première mouture. Retour sur les classiques du cinéma qui ne seraient rien sans leur glorieux modèle.

1. Scarface (1983) par Brian De Palma
Avant d'être une source d'inspiration pour 2 bons tiers du rap français (et US), "Scarface" était un très bon film. Tout le monde a encore en tête la scène finale durant laquelle Al Pacino a.k.a Tony Montana fait de la luge sur une montagne de poudreuse en parlant de vaches et en sulfatant son palace avant d'aller piquer une tête dans sa fontaine. Mais saviez-vous que ce film est en fait un remake d'un film de 1932, basé sur un roman du même nom ? A l'origine, l'histoire parlait même d'Al Capone, le balafré mais De Palma a préféré la coke et le bling bling aux gangsters de Chicago.

2. Le Magicien d'Oz (1939) par Victor Fleming
On pourrait penser qu'en 1939, il restait encore assez de bons bouquins à adapter au cinéma pour ne pas tomber tout de suite dans le piège du remake. Eh bien non. "Le Magicien d'Oz" a eu plusieurs prédécesseurs, tous basés sur le roman pour enfant de L. Frank Baum, publié en 1900. Et quand on dit plusieurs, c'est au moins 10. A croire que les histoires de sorcières et d'épouvantails qui parlent plaisent aux Américains. Aucune version n'arrive cependant à la hauteur du film de Fleming et l'héroïne Dorothy demeurera à jamais Judy Garland.

3. Pour une poignée de dollars (1964) par Sergio Leone
A priori, Pour une poignée de dollars est le premier film de la fameuse trilogie du dollar du réalisateur italien, un bon western spaghetti comme on les aime, avec des grimaces, des cigarillos et des ponchos. Mais sachez qu'on est passés à ça d'avoir Clint Eastwood en kimono avec un sabre à la place du colt. Avouez que ça aurait eu une autre gueule. Et c'est pourtant bien un remake (au départ non-avoué par Leone) d'un film japonais du maître Kurosawa que vous avez vu. "Yojimbo" racontait l'histoire d'un samouraï pris au milieu d'une guerre entre 2 gangs. Ca ne vous rappelle rien ?

4. L'homme qui en savait trop (1956) par Alfred Hitchcock
Un cas un peu particulier puisqu'ici nous sommes dans le "remakeception". Alfred Hitchcock décide pour "L'homme qui en savait trop" de reprendre son propre film du même nom, publié en 1934. La question que vous vous posez dans votre petite tête de topiteur est la suivante : "Il a changé quoi Alfred, dans son film ?" Et la réponse est : presque rien. Ok, le passage à la couleur change l'ambiance générale, et le casting américain plutôt qu'anglais est un peu plus étoffé, mais à part ça, tout est pareil. Alfred était juste perfectionniste.

5. La dernière maison sur la gauche (1972) par Wes Craven
OOOH on vous entend déjà nous dire "Non mais attends Topito, on sait bien que "La dernière maison sur la gauche" sorti en 2009 est le remake d'un film de Wes Craven, le papa de "Scream" 1,3,4 et 2 aussi, et que c'est pas une surprise pour nous, eho. OH." Et vous auriez tout à fait raison. Sauf que ce joli film d'horreur de 1972 est en fait lui-même une adaptation moderne d'un film du maître suédois Ingmar Bergman, "La Source", sorti en 1960. Il se passait au Moyen-Âge et racontait les états d'âme d'un Chrétien ayant sauvagement vengé le viol et le meurtre de sa fille. Bonne ambiance.

6. La Faucons Maltais (1941) par John Huston
Des détectives privés, des blondes fatales, des meurtres, des gens qui fument, UN FAUCON. Et surtout Humphrey Bogart. Et tout ça pour un film culte adapté d'un roman de Dashiell Hammett publié en 1929. Un petit détail cependant, le film de Huston n'est ni la première ni la dernière adaptation du roman puisqu'il en existe 4, dont une comédie. Et ça, c'est toujours bon à placer lors d'une discussion avec une amie cinéphile qui se la pète un peu trop parce quelle aime les films sans couleur.

7. L'armée des 12 singes (1995) par Terry Gilliam
Le moins que l'on puisse dire c'est que le Monty Python Terry Gilliam a su interpréter et adapter l'histoire de ce film à sa sauce. "L'armée des 12 singes" n'est pas à proprement parler un remake mais plutôt une réécriture d'un film expérimental français nommé "La Jetée", sorti en 1962 et réalisé par Chris Marker. Ce film, qui tient plus du diaporama en noir et blanc que du véritable film, n'en demeure pas moins un chef-d'oeuvre que vous pourrez retrouver en intégralité juste en dessous.

8. Liaison fatale (1987) par Adrian Lyne
Liaison fatale, ce carton de la fin des années 90 est lui aussi un remake. Eh oui, Michael Douglas et Glenn Close n'est pas le premier couple à incarner les amants de ce thriller érotique. Glenn Close n'a en effet pas été la première à jouer le rôle de cette éditrice maniaque et totalement tarée. Adrian Lyne est allé chercher son inspiration dans un téléfilm anglais de 1980 appelé "Diversion". Pas facile aujourd'hui de trouver ce téléfilm mais Lyne a peut-être conservé une cassette, demandez-lui.

9. La Disparue (1992) par George Sluizer
Avant d'être un agent burné dans 24, Kiefer Sutherland était un peu moins un gros dur. Dans "La Disparue", il accepte que le mec qui a enlevé sa meuf 3 ans plus tôt, lui fasse subir le même calvaire qu'elle. Il accepte parce qu'il veut vraiment savoir ce qui lui est arrivé. Bref, on n'est pas là pour juger. Eh bien "La Disparue" est un remake de "Spoorloos". Un film néerlandais. Et ça mon petit bonhomme, tu le savais pas. En français il s'appelait "L'homme qui voulait savoir" et l'acteur principal était l'excellent Bernard-Pierre Donnadieu.

10. De battre mon coeur s'est arrêté (2004) par Jacques Audiard
Généralement, l'histoire c'est qu'un film marche bien en France et que les Américains décident d'en faire un remake parce qu'ils n'aiment pas lire les sous-titres. Sauf pour "De battre mon coeur s'est arrêté" qui est un remake bleu blanc rouge d'un film de James Toback, "Mélodie pour un tueur" avec Harvey Keitel, et ça vaut le coup d'être noté.

Vous en voyez d'autres ?

Source : Weekendnotes, Cracked

Vous avez aimé ce top ? Découvrez les autres tops listes et classements de Topito sur le Cinéma.